Trop d’exposition tue l’exposition???

photo

.

Le get beauty de ce week-end à fait émerger beaucoup de questions chez moi et puis lire l'article de Amelia Nymphéa m'a donné envie de réagir sur cette exposition sur les réseaux.

Il faut toujours un élément déclencheur. Ça fait des années que je m'interroge sur notre exposition les réseaux sociaux, en tant que spectateur. Aujourd'hui j'ai envie un peu de partager tout ce que j'ai pu observer, dans le positif et le négatif, mais surtout sur l'impact dans nos vies. 

Avec le Get Beauty, c'était en France la première fois qu'on célébrait internet et le succès de la "beauté" sur les réseaux à une telle échelle. Fini les petits Meetup chacun dans son coin. Commencer une chaîne YouTube est devenu un business pour lequel des écoles sont créées. C'est une évolution que je juge normale, et même si tout n'est pas sain là dedans, je pense que personne dans la vie n'est complètement désintéressé (ou alors bravo!) et que le business a transformé les passions, pour les faites grandir, pour les enrichir. Bien sûr on ne peut plus comparer les productions digitales d'aujourd'hui à celles s'il y a 3-4 ans. Le rapport à l'image a changé. Dans la même idée, ouvrir un blog maintenant n'est pas pareil qu'ouvrir un blog il y a quelques années. Mais on en reparlera.

Le décalage par rapport à l'exposition

C'est de ces changements que découlent les premières dérives. Internet c'est surtout un lieu où se perdent des enfants, des jeunes adolescents, en quête de réponses et de construction. Les jeunes garçons voient le succès des humoristes ou des joueurs de jeux vidéos sur YouTube. Les jeunes filles voient le succès des youtubeuses beautés. Bien sûr les segments sont moins flous qu'ils auraient pu l'être il y a 10-15 ans, et heureusement. Mais combien d'hommes présents au Get Beauty? Je n'en sais rien. Je ne préfère pas parier. Des fillettes de 12 ans se comportent comme des femmes de 25. Maquillage. Vêtements... Où est donc passé l'âge ingrat? Et le droit à l'erreur? Pourquoi ne vivent-elles plus ces cheveux teints de mille couleurs, ce crayon noir trop épais autour des yeux... Les enfants dans tout ça? Ce sont les premières victimes de la volonté de perfection. Mais quelle pression en grandissant, à l'âge où nous jouions encore à la poupée! Quel engouement aussi. Je suis vraiment choquée de voir ces jeunes filles hurler dans les files d'attente dès que leur star fait son entrée. Choquée des proportions que tout cela prend. Peut être que ma réaction est disproportionnée. Peut être que je réagis à tort. J'imagine surtout qu'on vit tous avec des inquiétudes et celle-ci est la mienne. Quel avenir pour ces jeunes qui grandissent trop vite et surtout qui n'arrivent pas à s'approprier leur existence? Et puis je relativise, ou j'essaye... nous avons tous eu nos idoles, nos modèles...

L'image, toujours l'image avant le reste, avant la vie. 

De tout cela découle la peur d'être imparfait, de ne pas être assez bien... Ou pire encore le harcèlement pour celle ou celui qui ne se plie pas aux règles.
Notre comportement a beaucoup changé : on n'est plus seul face à soit même, on est seul face à 100, 500, 1500 personnes ou plus, beaucoup plus. Il y a une vraie notion d'opposition et on est confronté à l'image de l'autre avant la sienne. Forcément ça exacerbe les sentiments comme la jalousie ou l'amertume. Chacun se sent plus libre derrière son écran, plus libre pour faire du mal, parce que c'est ce dont on se souvient, c'est ce qui marque. Les guerres et les débats sous chaque photo et chaque publication... les insultes... Tout le monde est atteint mais ce qui est impressionnant c'est la rage que chacun émet pour défendre sa position. Aucune retenue!

La transformation se propage dans le quotidien. A chaque instant, on pense avant tout à ce qu'on pourrait partager sur les réseaux, pour combien de j'aime et combien de nouveaux abonnements. Je ne veux pas pointer uniquement le négatif, car ce serait mentir! Je prends bien trop de plaisir à partager mes photos et mes découvertes pour faire croire le contraire. Mais j'espère le faire avec recul, et avec la prise de conscience que la vie est ailleurs. Elle est dans le fait de bien regarder le paysage avant de le prendre en photo, à profiter de l'instant avant de l'immortaliser. Même si c'est ensuite trop tard et que le soleil est passé :). Bien sûr cela permet aussi de se dépasser, d'être plus créatif, de sortir de sa zone de confort, d'en faire toujours plus. C'est une énorme source de motivation, surtout que cela implique un retour, un échange. C'est aussi un formidable tremplin, riche en opportunités. Je ne trouve pas fondamentalement mauvais que les choses évoluent, au contraire, j'aime cette énergie. Mais les dérives sont tellement intenses, ça me fait parfois penser à la religion et aux réactions extrémistes de tous les bords...

Alors bien sûr je me concentre ici plus du côté de l'audience que du côté des blogueurs/youtubeurs. C'est un choix pour ne pas allonger l'article encore plus et puis c'est à mon sens deux sujets différents. Les deux ne sont pas soumis au même impact.


Sur toutes ces réflexions, je laisse le sujet et le débat ouvert. Je compte bien sûr le reprendre à plusieurs reprise, au fur et à mesure que les thèmes se forment et évoluent en moi. Merci par avance pour vos retours sur cette exposition dans les médias... 🙂

Juliette

Spread the word. Share this post!

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Trop d’exposition tue l’exposition???"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Flamingo
Invité

je suis daccord avec toi par rapport à l’ampleur que les choses prennent!
Je pense que ça ne doit pas être facile pour les influenceuses parce que finalement elles sont entre 20 et 25 ans mais leur audience a 10 ans de moins et sont devenues de véritables groupies.. un peu fou cette histoire
c’est pour ça que je ne vais pas aux évenements style signatures, get beauty, video city et meet up. J’ai 26 ans et j’ai l’impression de ne pas y avoir ma place

juliettelepgn
Invité

C’est sûr que la situation est délicate. Oui c’est le mot, « groupies », qui envenime toute la situation alors que si on oublie ça, c’est une jolie communauté quand même, pleine de partage! Moi non plus je ne participe pas, je sens trop le décalage…
Merci pour ton retour en tout cas, ça fait du bien de se sentir entouré par des gens qui nous comprennent dans toute cette folie!

wpDiscuz