3 mois sous Roaccutane : le bilan

suivi roaccutane, 3 mois sous roaccutane

Mon bilan : 3 mois sous Roaccutane

Je vous l’avais dit à plusieurs reprises mais j’ai commencé en décembre un traitement contre l’acné sévère. Je pense qu’après 3 mois sous Roaccutane et donc 12 semaines de traitement, c’est le bon moment pour revenir sur ce parcours et mon combat contre l’acné depuis bientôt 3 ans. 

Retour dans le temps

Ca fait maintenant 3 ans que je souffre d’acné cystique adulte après avoir subit un peu d’acné durant mon adolescence. J’avais un peu plus de 18 ans, j’avais mon permis, je passais ma licence de sciences politique et du jour au lendemain, l’acné est apparue. Quand je dis du jour au lendemain, c’est exactement comme ça que je l’ai senti et vécu, comme une agression. A un moment où les décision sont importantes et où je faisais beaucoup de présentations à l’oral. Ca a vraiment cassé ma confiance et j’ai été terrifiée pendant un moment par le regard des autres. Pendant ces trois ans je suis passée par différentes phases. D’abord il a fallu identifier ce qu’il se passait mais même après avoir vu plusieurs dermato ce n’était pas clair. Le diagnostique final a vraiment eu du mal à être formulé et j’ai vu près d’une dizaine de personnes. Le rêve. 

Finalement c’est au cours de mes lectures que j’ai découvert la différence cruciale entre l’acné adulte et l’acné juvénile. A partir de là, j’ai commencé à comprendre que je faisais tout de travers, que mes médecins n’avaient pas forcément raison malgré leur autorité médicale. Bien sûr ils n’avaient pas tort non plus parce que j’avais de l’acné, je devais faire un traitement. Ca oui, d’accord. En revanche, avec aucun accompagnement c’est difficile de s’en sortir. Les traitements ne sont pas accompagnés de conseils pour prendre soin de sa peau. Pourtant c’est une des clés pour la réparer et l’aider à s’améliorer. Il se trouve que j’étais rentrée dans le cercle vicieux de l’assèchement de la peau : plus on assèche et plus ça l’agresse et plus les boutons sortent. L’enfer.

C’est comme ça que mon état a empiré. En un an j’ai été défigurée. littéralement. Je ne veux pas faire peur ou pitié mais j’avais le visage enflé d’un côté et plein de marque rouges. Les cicatrices commençaient à être de plus en plus marquées et c’était comme si mon visage entier était ravagé. Globalement j’étais un peu désespérée, je pensais que jamais je ne pourrais retrouver une peau normale vu l’état dans lequel j’étais.

Le déclic

Et puis j’ai découvert le blog de Caroline Hirons. Ca a été la révélation. J’ai lu toutes les archives de son blog sur l’acné, sur la peau, les réactions… J’ai découvert les différentes phases d’une routine. D’un seul coup, j’ai compris un peu mieux comment ma peau fonctionnait. C’est à ce moment que j’ai commencé à changer ma routine de soins, à arrêter l’utilisation de produits décapants et abrasif. Je gardais donc une crème contre les boutons pour l’appliquer ponctuellement, mais j’arrêtais de l’utiliser partout sur mon visage. Oui, j’ai fait ça. 

Fini toutes ces mauvaises habitudes que je pensais normales. Bienvenue à l’huile démaquillante qui est entrée dans ma vie à ce moment là.

Le plus difficile, ça a été pour les soins hydratants. En effet, ma peau ne tolérait rien. Tout me donnait des crises de boutons à ne plus finir. J’ai fait des tests, jusqu’à trouver ce que ma peau aimait, jusqu’à trouver une routine adaptée. 

 

bullet journal, suivi roaccutane, 3 mois sous roaccutane

 

Pourquoi pas Roaccutane?

Vous pouvez à juste titre vous demander pourquoi je n’ai pas suivi le traitement plus tôt… Et la réponse est très claire. Je ne voulais pas. C’était un refus total. D’abord parce que ma dermato m’avait parlé de risques de suicides et que ça me faisait peur. Ensuite parce que tous les retours que je voyais sur youtube ou les blog disaient que c’était l’horreur pendant 6 mois ou 1 an. Je ne voulais pas vivre ça ni l’imposer à mon corps. C’était hors de question.

Quelles solutions alors?

Avant de commencer mon master, je pense que j’avais réussi à trouver une routine fiable qui maintenait les choses en l’état. Pas vraiment d’amélioration mais pas non plus de gros désastre. Je n’avais plus vécu de crises pendant plusieurs mois. Tout allait mieux, pour mon moral aussi et c’était vraiment nécessaire. Pourtant, ce n’était pas encore le rêve ultime de la peau parfaite, loin de là.

En arrivant à Paris j’ai changé de médecin, de dermatologue, de gynécologue. Cette dernière m’a dit que vu ma pilule (je prenais Minidril depuis 3 ans à l’époque), mon état n’était pas étonnant et qu’elle était étonnée que je n’aie pas changé avant… je n’y avais pas pensé. Mais effectivement une acné hormonale… a forcément pour origine les hormones et c’est donc influencé par la pilule. 

Le dénouement

J’ai donc changé de pilule et j’ai commencé Diane sans trop savoir vers quoi je me dirigeais. Grosse Erreur ! Au bout de quelques mois j’avais une peau nickel : pas de boutons, tout était parfait. Mais mon corps rejetait toutes ces hormones en bloc. Déjà, j’ai pris du poids, ce qui n’est jamais agréable. Mais surtout, j’avais le ventre hyper gonflé en permanence et c’était tellement douloureux. 

Ma gynéco m’a alors fait prendre conscience que je pouvais me rendre malade avec une mauvaise pilule pendant des années plutôt que de prendre un traitement sur 6 mois qui me permettrait d’être tranquille le reste de ma vie (potentiellement). Finalement la logique du raisonnement a eu raison de moi et j’ai cédé. C’est ma dernière année d’études, je pouvais prendre le « risque » de faire ce traitement avant d’être lancée au beau milieu du monde du travail. C’est donc parti pour Roaccutane pendant 6 ou 7 mois, en association avec la pilule Leeloo (très peu dosée). 

 

suivi roaccutane, 3 mois sous roaccutane

 

Le Bilan

Après 3 mois sous Roaccutane, je peux le dire, je suis ravie. Ravie parce que ma peau n’a jamais été aussi jolie. Ravie parce que pour l’instant je ne ressens aucun des fameux effets secondaires que Roaccutane est censé entraîner. Alors bien sûr tout n’est pas parfait : ma peau est beaucoup plus sèche, mes lèvres me font souffrir mais globalement, ce n’était pas si terrible ces 3 mois sous Roaccutane. 

J’ai décidé avec ma Dermato de garder la même dose de départ pour ne pas brusquer mon corps donc je prends chaque soit 30mg d’isotrétinoïne (la molécule miracle) en même temps que ma pilule. Comme ça je ne ressens pas trop la pression de prendre des médicaments tout le temps. Le plus pénible est d’organiser les rendez vous médicaux tous les mois. Il faut vraiment s’organiser mais bon, c’est pour la bonne cause. 

Maintenant j’ai hâte d’arrêter pour découvrir ma peau et mon corps sans médicament. Avec la peur que ça replonge bien sûr mais franchement… j’évite d’y penser. 

Ce que je retiens

Je pense que ce que je retiens le plus de cette histoire, c’est la nécessité de tester la manière dont fonctionne mon corps et la manière dont il répond. Ca m’a beaucoup aidé à mieux me connaître, à estimer ce qui est le plus important aussi. Mes valeurs ou une jolie peau ? Ma confiance en moi ou des produits bio? Finalement la raison scientifique a pris le pas car j’ai pris conscience que les racines de bardane n’amélioreraient pas mon état qui nécessitait une vraie médication.

Bien sûr je veux juste rappeler que ça ne concerne que moi, ma peau, mon corps. Tout le monde ne vit pas 3 mois sous Roaccutane comme moi et je voulais vraiment partager mon expérience. Mais tout le monde n’a pas le même rapport à soi ni à l’acné et c’est bien entendu à prendre en compte. Au bout de 3 ans d’acné catégorisée sévère, j’ai choisi le moment où je me sentais le mieux dans ma peau pour faire le traitement Roaccutane. Un traitement qui peut être difficile à vivre et pour lequel je voulais absolument être armée psychologiquement. 

 

Je vous laisse me partager vos avis sur le sujet et la manière dont vous gérer aussi ce rapport entre votre corps et vous et je vous retrouve vite pour la suite (dans trois mois) ou un prochain article 🙂 

Juliette 🙂 

Spread the word. Share this post!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz