Chronique #1 : un lundi comme les autres

Chronique #1 : un lundi comme les autres

C’est le premier jour et j’ai déjà passé plusieurs minutes à réfléchir à ce que je voulais partager aujourd’hui. J’ai pensé à ma ballade au soleil à 14h, j’ai espéré observer un phénomène incroyable en faisant mes courses. Et puis finalement je suis rentrée chez moi et rien ne m’était venu à l’esprit. C’était finalement un lundi comme les autres. Un lundi qui a commencé assez tôt, avec un soupçon de stress, comme souvent le lundi. J’essaye de maintenir ma bonne habitude de faire du sport ou du yoga chaque jour, de préférence après le réveil, sinon je me dégonfle. Pfiouuu. Et c’était un lundi comme les autres quand l’eau a commencé à se réchauffer sous la douche, puis dans la bouilloire pour le thé. Pour une raison que j’ai parfois du mal à m’expliquer, c’est comme si tout devait être exceptionnel, tous les jours. J’imagine l’influence des médias, la télévision, les réseaux sociaux qui oublient et laissent de côté la répétition quotidienne des gestes simples.

Et puis le jour s’est déroulé, et je me suis répété plusieurs fois : « on est déjà en mars ». Je ne sais pas pourquoi parfois s’exprime se besoin de valider une date, comme pour ancrer ma présence dans la temporalité. Parfois s’affirme de manière excessive ma conscience que tout cela n’est pas fait pour durer. C’est pour ça que je souhait chaque instant exeptionnel. Pourtant, ces attentes enferment sous clés ce qui peut naître d’un moment spontané.

C’est dans ces moments que j’aime les surprises. Et ce matin en sortant de chez moi, je me suis souvenue avoir vu une lanterne briller au bout de ma rue. C’était le soleil qui, d’une manière ou d’une autre, se réverbérait dans le verre. Sans pouvoir l’exprimer autrement que par cette sensation de chaleur qui se loge au creux du ventre, la surprise était là. Le sentiment que ce premier mars, j’étais définivement là, au bon endroit, ce lundi comme les autres.

Retrouvez le défi des chroniques du mois de Mars !

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire