HUMEURS

Retour à la réalité.

retour à la réalité

Le retour à la réalité n’est pas des plus simple après des vacances longues et attendues. Surtout après des vacances actives et motivantes, revenir à Paris avait un goût un peu amer. Cette relation d’amour/haine avec Paris est vraiment un phénomène fascinant à observer. Je crois qu’en 4 ans, j’ai autant cherché à fuir cette ville/vie que j’ai crié sur les toits que je resterai pour toujours.

J’ai bizarrement l’impression de mettre la barre trop haute pour cette année. Ca rend cette rentrée un poil stressante ! New job, new me comme ils disent. Commencer l’année avec un léger switch de boulot c’est toujours déstabilisant. Ce n’est pas la seule nouveauté : commencer le violoncelle, continuer le sport, aller à la piscine, faire du yoga… La liste est encore si longue ! Avec toutes ces activités vient assez naturellement la peur de ne pas pouvoir tout faire, celle de faire des choix. Tout ça en maintenant un semblant de vie sociale bien sûr. C’est surtout un stade de ma vie où j’ai envie de rencontrer de nouvelles personnes, d’élargir mes cercles d’amis. Ce n’est pas facile, je m’en rends bien compte, et peut être encore plus à Paris. J’ai du mal à ouvrir complètement la porte à de nouvelles personnes.

Le défi

Trouver du temps pour tout faire, et de l’énergie aussi c’est le plus gros défi à ce stade. Surtout que s’il y a une résolution que je veux tenir, c’est de ne pas me faire bouffer par le travail. Mais bon, responsabilités, tout ça tout ça… Prendre le temps de continuer à apprendre, de boire mon thé le matin, de respirer deux minutes et de fuir ce qui rend malheureux. Evidement c’est plus facile à dire qu’à faire, d’où l’angoisse sous jascente qui me pousse à écrire. C’est tout l’enjeux du retour à la réalité.

En fait ce qui m’inquiète particulièrement, c’est de retourner dans un espace mental qui ne soit pas très sain. J’ai la chance d’avoir pu profiter de quelques mois de pause dans le désordre qu’a été ma vie ces derniers temps et ça fait un bien fou. Je ne veux pas perdre ça, pas perdre ce sentiment de répit.

retour à la réalité
Dans les nuages

Lire lire lire

Jusqu’à présent la fuite a été dans la lecture et une fois n’est pas coutume, je me réfugie. En témoigne le prochain article, qui présentera mes découvertes estivales. Le livre c’est un peu cette barrière réconfortante contre la réalité. Notamment parce que dans la réalité, je veux toujours plus, faire toujours mieux et cette perfection envahissante ne s’estompe qu’avec un peu de divertissement.

Fuir fuir fuir

Je n’ai jamais été du genre à vouloir quitter le quotidien parce qu’en général il me rassure et je suis bien chez moi. Mais ces derniers temps je ne pense qu’à m’échapper d’ici, de ma vie. Fuir. Fuir en weekend, fuir au Japon. Je me suis promis que je fêterai mes 25 ans sous le ciel nippon et j’ai hâte de cette expérience, hâte de cette étape.

Je crois que j’ai peur, de viser trop haut, de me faire dévorer par ce qu’il y a dans ma tête. Non pas que ce soit particulièrement négatif parce que cette énergie est très porteuse, source de créativité. C’est le feu qui m’anime, celui qui me donne envie de me lever le matin pour accomplir. C’est aussi le feu qui me consume.

Sur ce… une photo de Paris jolie, le lendemain de mon retour. Elle m’avait manquée. Ce sentiment de paix me semble un peu loin désormais. C’est le retour à la réalité.

retour à la réalité
Paris Jolie

    Leave a Reply

    Instagram

    • Je ne sais pas si #robynlechat m’aime parce que je lui ai offert ce fauteuil (lol) ou me déteste parce que je dérange sa sieste. Ingrate.
    • True colours
    • Par hasard, presque que des pépites dans mon arc en ciel : la cantine de minuit, ces jours qui disparaissent, 1Q84... 📖
    • End of Summer’s light
    • Morning
    • Need space
    • Lectures estivales
    • City life 🌻
    • Hello queen 👑
    • Warning : pas de stabilisateur
    • Glad to be back