J’imagine que si vous lisez cet article, vous êtes ou avez été dans une situation qui n’est pas évidente. Avant toute chose, je tiens à partager que vous n’êtes pas tout seul. J’imagine que se lever le matin est devenu difficile et que le peu de perspectives qui se dessinent pour cette journée à venir semble insurmontable. Vous n’êtes pas tout seul. Lorsque j’ai commencé à parler de dépression par ici, je crois que j’avais besoin de comprendre que je n’étais pas la seule. 

Depuis que je me suis rendue compte de ce qui se passait, j’ai essayé de lutter, de comprendre, d’accepter. Et j’ai essayer d’endiguer la dépression. Alors pour qu’on se sente tous mieux, je me suis dit que c’était une bonne idée de partager 10 activités que j’ai pu réaliser ces derniers mois.

Ça fait un moment que cet article attend de s’écrire tout seul dans mes brouillons. Il faut dire que ce serait plus facile si je n’avais pas à passer par l’épreuve de l’écrire. Je commence à écrire sans trop savoir où je vais. Car comme souvent avec ces sujets un peu lourds à aborder, je n’ai pas de recette magique. 

Le confinement a eu des retombées bien plus sombres que ce que j’avais anticipé. Je sais à quel point cette période touche profondément les gens. Pour autant je me suis estimée chanceuse. Pas de réels problème financiers, une situation professionnelle relativement stable, une situation personnelle, relativement confortable. Pourtant bien sûr dans cet environnement morose, tout est plus difficile à relativiser.

Cette semaine, j’ai, pour la première fois depuis des mois, regardé les informations à la télévision. On va dire que ce n’est pas une de mes activités préférées, pour autant il s’y passe parfois des choses assez intéressantes. Notamment ce jour-ci, il y avait un reportage sur la potentielle construction d’un entrepôt XXL d’Amazon au Sud de Nantes. Très clairement j’associe la surconsommation, ce fléau de notre quotidien, avec des géants comme Amazon. Bien sûr c’est potentiellement un biais de ma part. Pour autant je suis persuadée que la consommation est une construction sociale. Et d’après ce que je constate, une construction dont on se serait peut-être bien passé. J’exagère sur ce point, ceci étant dit.

J’ai le sentiment, que se justifier c’est un peu la réaction habituelle pour de nombreuses situations. Au travail, ou lors de conversations personnelles, on nous demande rarement une justification. Pourtant, quand on nous pose une question, notre réaction est naturellement de nous justifier. alors comment arrêter de se justifier me demanderez-vous ? Pas de recette magique, mais je vais vous raconter mes petites astuces.

Avant toute chose, cet article n’est pas à proprement parler un article de développement personnel. Il s’agit plutôt d’un témoignage et de mon avis sur le sujet. En aucun cas le contenu n’est à appliquer comme une liste de choses à faire. Réfléchissez et voyez ce qui fonctionne pour vous. Et si vous avez des questions sur une situation précise : écrivez moi et on peut en discuter tranquillement.

Je n’ai jamais été une militante. Je n’ai même jamais participé à une manifestation. C’est quelque chose que je ne partage jamais, parce que j’ai souvent honte de mon absence d’action. Je la trouve faible et souvent un peu trop facile. Mais aujourd’hui, je veux savoir comment interroger le raciste qui est en nous ?

Alors pourquoi aujourd’hui, et pas hier ou il y a 6 mois. Oui bien sûr l’actualité aide. Avoir été confiné et mise face à moi-même aide. Et je ne suis pas hyper fière de certains constats. Alors j’ai décidé de ne pas fermer les yeux, peut-être pour la première fois. De ne pas me réfugier derrière l’idée que je n’étais pas raciste. Alors qu’il y a une chose de sûre, c’est que je ne suis pas raciste, au sens premier du terme. Pourtant, ça ne suffit pas et je sais qu’il y a au fond de moi des constructions sociales et sociétales. Je sais qu’il y a la gêne de la différence. Ce n’est pas lié à une quelconque notion cependant….

Je me rends compte avec désarroi que je n’ai pas écrit beaucoup d’articles à propos de décoration intérieure. En fait, à part l’organisation de ma bibliothèque, je ne retrouve rien à ce sujet dans mes archives. C’est quand même fou, quand on imagine que c’est le sujet dont je parle le plus dans ma « vraie vie ». Je voulais du coup en profiter pour vous présenter mes 3 inspirations de décoration intérieure du moment. 

Je nourri une passion très vivante pour la décoration intérieure, l’organisation des espaces et le design de manière plus large. Dans l’espace qui nous entoure, il y a souvent beaucoup de nous. Et une des choses que je préfère faire, c’est imaginer des espaces et trouver de la déco associée.